Le squash est un sport de raquette qui se joue généralement à deux sur un court rectangulaire entouré de quatre parois. Les joueurs frappent avec leur raquette, à tour de rôle, la balle et celle-ci doit atteindre le mur frontal soit directement, soit indirectement.

Une autre particularité de ce sport est que les deux joueurs partagent et défendent alternativement la même surface de jeu.

Le squash a ses origines en Angleterre au début du XIXe siècle, avec des liens étroits avec d’anciens jeux de balle associés au tennis. Au XIXe siècle, à la prison de la Fleet à Londres, des jeux de balle similaires au tennis étaient pratiqués. Vers 1830, les étudiants de l’école privée de Harrow à Londres, en attendant d’accéder aux courts de tennis, ont commencé à frapper l’un des murs du bâtiment avec leurs raquettes, donnant ainsi naissance au squash. Ce nouveau sport a ensuite été officialisé avec la création du premier court de squash en 1883 à Oxford.

Le squash a également des racines dans le Jeu de Paume, tout comme le tennis et le badminton, au début du XIXe siècle en Angleterre. Vers 1850, les Anglais ont développé le jeu de rackets, pratiqué principalement par l’aristocratie anglaise. Ce jeu se déroulait sur un terrain de 18m par 9m, utilisant des raquettes et une balle en cuir. En 1883, la reconnaissance officielle du sport est venue avec la création du premier court de squash à Oxford. Bien que le squash ait pris du temps à se populariser, il a finalement connu un essor au début du XXe siècle, se développant progressivement dans les écoles et les universités.

Le jeu

  • Les joueurs frappent la balle à tour de rôle.
  • La balle doit atteindre le mur frontal, directement ou indirectement.
  • Un rebond maximum au sol est autorisé avant la frappe.
  • Les limites permanentes sont les lignes supérieures, la ligne au-dessus du tin. Une balle qui touche une de ces lignes est faute.

Le service

  • Il n’y a qu’un seul service.
  • Au moment de servir, le serveur doit avoir au moins un pied dans le carré de service.
  • Le serveur doit envoyer la balle dans le rectangle arrière opposé.
  • La balle doit toucher le mur frontal directement entre la ligne médiane et la ligne supérieure.
  • Si le serveur gagne l’échange, il change de carré de service.
  • Lorsque le receveur gagne l’échange, il devient serveur et choisit le carré de service.

Le let – la gêne

  • Le joueur doit faire le maximum d’effort pour se dégager après sa frappe.
  • Le joueur doit faire le maximum d’effort pour aller jouer la balle.
  • Si au cours d’un échange un joueur risque de toucher l’adversaire avec la balle ou la raquette, il doit stopper le jeu et demander un let.
  • L’arbitre, au regard des deux principes, détermine si le let est accordé, accorde le let, le refuse ou bien accorde un « stroke » (gain de l’échange).

Comptage des points

  • Un match se joue en trois jeux gagnants.
  • Un jeu se joue en 11 points directs, tous les points comptent.
  • A dix égalité (10-10), il faut deux points d’écart pour gagner le jeu.

Aujourd’hui, le squash est un sport mondial pratiqué par plus de 40 millions de joueurs répartis dans plus de 150 pays, incluant l’Europe, le Commonwealth, l’Amérique du Nord et les pays émergents. La popularité du squash est illustrée par l’existence de plus de 50 000 courts à travers le monde. Outre son ampleur en termes de participants, le squash est également ancré dans un calendrier de compétitions dynamique, avec près de 250 tournois organisés chaque année à travers le monde.

Ces tournois attirent près de 1000 joueurs, hommes et femmes confondus, contribuant à un Prize Money total de plus de 6 millions de dollars. Cette dimension compétitive renforce la vitalité du squash en tant que discipline sportive internationale, offrant des opportunités pour les athlètes de s’illustrer tout en captivant un public mondial passionné.

En France, en 2018, le squash connaît une popularité croissante avec 22 000 licenciés, englobant plus de 200 000 pratiquants, ce qui représente environ 10% des participants sous licence. Hypothétiquement, 90% des amateurs de squash ne prennent pas de licence, soit en raison de leur statut de joueurs occasionnels, soit parce qu’ils ne sont pas intéressés par la compétition. Ces chiffres sont corroborés par les statistiques de l’institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, qui indiquent 231 clubs de squash en 2018, augmentant à 313 clubs en 2019.

Ces clubs, au nombre de 233, sont affiliés et offrent un impressionnant total de 803 courts en France. Ces données soulignent l’engouement pour le squash dans le pays, avec une forte présence de structures dédiées à la pratique de ce sport. La Fédération Française de Squash joue un rôle essentiel en rassemblant la communauté de squash et en soutenant son développement à travers le réseau de clubs affiliés.

Le squash offre de nombreux bienfaits pour la santé, notamment :

  1. Amélioration des capacités cardiovasculaires : Le squash stimule la circulation sanguine et renforce le muscle cardiaque, ce qui diminue le risque de développer des maladies cardiovasculaires.
  2. Renforcement musculaire : Le squash fait travailler les muscles du haut et du bas du corps. Les muscles les plus sollicités sont les ischio-jambiers, les quadriceps, les fessiers, les bras, le dos et les épaules.
  3. Augmentation de la souplesse et de la coordination : Jouer au squash développe votre souplesse, la vitesse et la coordination des mouvements.
  4. Gestion du stress : Le squash offre un espace pour se défouler et oublier le stress. La concentration nécessaire à chaque échange, l’enchaînement des déplacements, la précision des coups, la gestion de l’effort, autant de remèdes à la mauvaise fatigue et qui éloignent efficacement les tracas du quotidien.
  5. Perte de poids : Une heure de squash en compétition représente une consommation de 900 kcal. En loisir, on compte entre 400 et 500 kcal par heure.

Il est important de noter que, comme pour tout sport, il est recommandé de commencer doucement et de progresser à son propre rythme pour éviter les blessures.